Menu

Résultats de recherche

La mort à plusieurs vitesses

Un solide consensus social a fait du Québec le champion de l’aide médicale à mourir (AMM) l’an dernier. Avec des chiffres qui atteignent maintenant 5,1 % des décès, nous voilà devant les Pays-Bas (4,8 %) et la Belgique (2,3 %), où cette pratique est implantée depuis plus longtemps. Cette progression survient paradoxalement alors que son élargissement piétine à Ottawa comme à Québec. Ces retards, s’ils ne plaident en faveur d’aucune précipitation, appellent tout de même à des examens diligents en 2023.

Faire le choix de partir

«On entend souvent que les aspects religieux et éthiques sont en contraire avec l’aide médicale à mourir. Une dame d’un certain âge m’a déjà dit : quand je vais arriver de l’autre côté, je vais parler à Jésus et il va me comprendre parce qu’il sait à quel point je souffre. Ça nous ramène à la base», raconte la docteure Natalie Le Sage. 

Aide médicale à mourir: une psychiatre-conseil se demande pourquoi on reporte encore

La présidente du groupe fédéral d'experts sur l'aide médicale à mourir se demande ce que le gouvernement espère encore accomplir en retardant l'élargissement du programme aux personnes souffrant de maladies mentales.

Une pratique qui doit être exemplaire

Au cours des 12 derniers mois se terminant en mars, 3663 Québécois ont reçu l’AMM, une augmentation de 51 % comparé à l’année précédente. Le Québec est un des endroits au monde où on a le plus recours à l’aide médicale à mourir (AMM). Comment l’expliquer ? La Commission sur les soins de fin de vie, qui vient de déposer son rapport annuel, aimerait bien qu’on creuse la question.

Ottawa demandera un délai avant l’expansion de l’aide médicale à mourir

Le gouvernement avait entendu les experts qui s’inquiètent du fait que le système de santé pourrait ne pas être prêt à gérer ces cas complexes, a déclaré jeudi le ministre de la Justice, David Lametti. Le gouvernement libéral souhaite retarder l’élargissement du régime canadien d’aide médicale à mourir, qui inclurait les personnes dont les seules conditions sous-jacentes sont des troubles mentaux.

La santé mentale ne doit pas être exclue

Le Québec est-il prêt à élargir l’aide médicale à mourir (AMM) aux personnes souffrant de troubles de santé mentale ?

De plus en plus de Québécois obtiennent l’aide médicale à mourir

De plus en plus de Québécois réclament l’aide médicale à mourir, selon les données recueillies par la Commission sur les soins de fin de vie, et ils sont du même coup plus nombreux à l’obtenir.

Québec déposera une nouvelle mouture du projet de loi sur l’aide médicale à mourir

La ministre déléguée à la Santé et aux Aînés, Sonia Bélanger, déposera l'an prochain une nouvelle mouture du projet de loi qui avait pour but d'élargir l'aide médicale à mourir (AMM).

Collectif Est-du-Québec

- Veuillez cliquer sur le logo du Collectif Est-du-Québec, afin d'accéder à leur page web.